Témoignage d’un formateur de l’Unass IDF à Madagascar

Témoignage d’un formateur de l’Unass IDF à Madagascar
C’est ma première participation à un projet humanitaire. C’est donc plein d’incertitudes que je suis parti à Madagascar, pour former aux gestes de premiers secours les personnels du Parc National d’Andasibe/Mantadia. Cette mission a été organisée par Planète Urgence en partenariat avec le groupe La Poste, dans le cadre d’un projet global d’accompagnement et de développement des compétences, et soutenu par l’UNASS Ile de France qui a mis à disposition le matériel pédagogique.
Je suis arrivé à Antananarivo le 14 septembre pour un premier contact local et la préparation du matériel. La découverte du magnifique parc national s’est faite le lendemain, en même temps qu’apparaissait la principale difficulté : la barrière de la langue. C’est donc accompagné d’un traducteur que j’ai assuré cette mission auprès de personnes dont le français n’est pas la langue habituelle.
Pour des raisons pratiques et opérationnelles, la formation s’est déroulée en deux groupes pour un public curieux, attentif, respectueux et avide de connaissances. Outre les gestes de premiers secours, une sensibilisation à la prévention a été développée pour leur permettre d’assurer au mieux leur sécurité et celle des visiteurs du parc.
Cette expérience enrichissante s’est terminée le 26 septembre dans la satisfaction générale et par une remise officielle des diplômes de secouristes aux participants.
La réussite de cette mission est due en grande partie à l’aide technique et pédagogique que m’a apportée l’UNASS Ile de France et au temps consacré par les membres de l’équipe dirigeante et le personnel au recollement du matériel et à leur collaboration pour la réalisation des supports et du déroulé pédagogique. Je n’oublie pas non plus que grâce à leur générosité, des mannequins et autres petits matériels ont pu rester sur place afin d’assurer un maintien régulier des compétences par autoformation.
C’est le cœur gros mais rempli d’excellents souvenirs que j’ai quitté ce pays dans lequel j’ai passé un séjour inoubliable tant sur le plan humain que pédagogique.
Jean-Erick HONORINE